A J-6 c’était la panique

Classé dans : Non classé | 0

Si je te raconte cette histoire où il est question de passeports, d’amitié, d’ange gardien, de confiance…..si je te raconte cette histoire c’est parce qu’elle a enclenché quelquechose de mieux en moi et je me dis que, peut être, elle te sera utile aussi en cas de panique.

Voilà des mois que ce voyage en Thailande est prévu pour les garçons tu le sais, et des mois qu’ils en parlent tous les jours, et là, pour être juste, je devrais plutôt écrire TOUS LES JOURS.

A J-6 du départ au moment de confirmer les billets d’avion je vérifie leur validité : ok jusqu’au 15 juillet…. et je me dis juste qu’on ne tardera pas à les faire refaire en rentrant. Ce que j’ignore alors, pour encore quelques secondes, c’est que le passeport doit être valide 6 mois après l’arrivée en Thaïlande. C’est Mathias qui me le dit. Enfin… il ne sait plus trop, il pense que c’est ça, il n’en est quand même pas tout à fait sûr. Mes doigts tremblent sur le clavier quand je demande à Google de trancher. Il tranche. Et une sorte de gouffre s’ouvre devant moi. 

Comment  c’est possible d’ignorer un truc pareil ? comment dire aux enfants qu’ils ne partiront pas ? Qu’est ce qu’on peut faire, là, maintenant, tout de suite ? on est samedi et tout le monde sait qu’on ne joint personne le samedi. De toute façon, lundi on sera à J-4 et à J-4 c’est mort ! Non, c’est pas mort! impossible que ce soit mort ! Comment on fait pour respirer déjà ? Non merci pas de café. Pas de verre d’eau non plus. Rien. Oui je sais ce n’est pas la fin du monde ; juste des vacances qui tombent à l’eau, ça nous est déjà arrivé d’ailleurs. Mais ces vacances là, pour eux, ce sont celles qu’ils ont le plus attendues ; celles des retrouvailles avec les amis restés là bas, avec les lieux, les joies, la vie d’il y a quelques mois. Ce sont celles pour lesquelles ils ont dessiné le plus de projets, celles, j’en suis sûre, qui ont apaisé la nostalgie depuis qu’on est de retour. Tu vois, au lieu penser  « Phrom Pong me manque », ils avaient appris à se dire « hâte d’être à Phrom Pong »…. Et ça change tout.

Bref, à J-6 du départ programmé, inutile de te dire que Phrom Pong ne m’avait jamais semblé aussi loin.

Je suis très fière (et tu es bien placé pour savoir que ce n’est pas toujours le cas) très fière de l’énergie que j’ai mobilisée pour faire redescendre le stress en quelques minutes, pour prendre confiance en l’avenir et me mettre en action. 

Tu connais la théorie des 6 degrés de séparation? C’est celle d’un Hongrois qui dans les années 30 a démontré que n’importe qui sur la planète est à 6 poignées de main maximum de n’importe qui d’autre sur la planète. Ca ouvre des perspectives non ? Surtout que depuis les années 30 on a inventé deux ou trois trucs utiles en plus pour communiquer.

Ce samedi 6 avril j’ai jeté des bouteilles à la mer et ai donc appelé des gens susceptibles de connaitre des gens qui connaissaient des gens qui sauraient nous dire comment faire pour que les garçons puissent partir le 12. 

J’ai tourné le dos à mon angoisse et mis toute ma confiance dans mon ange gardien (j’avais regardé ce matin-là une vidéo qui parlait d’anges gardien figure toi)

Et je l’ai voulu si fort que ça a marché.

Je ne vais pas rentrer ici dans les détails de nos démarches administratives pour obtenir un passeport d’urgence (et même deux), mais j’écris cet article pour dire merci à l’amie qui savait comment faire (tu la reconnaîtras), merci à l’ange gardien, à l’univers, au ciel, et à tout ce qui s’est tramé autour de nous en quelques heures pour que l’impossible devienne possible.

J’écris cet article pour te raconter nos dernières aventures, mais aussi pour moi. Pour ne plus jamais oublier que tant qu’on n’est pas mort, on est toujours vivant. Note à moi-même : tant qu’il y a de la vie…..ça vaut la peine d’essayer encore une fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *