à l’école de cuisine

En France, à nos retours de voyage ici, je m’étais déjà lancée dans la cuisine Thaï. J’ai un grand certain nombre de livres, j’ai regardé beaucoup de vidéos, je connais des épiceries asiatiques avenue Monclar qui vendent la plupart des choses nécessaires à cette saveurs-là… sans me vanter, ma cuisine thaï est plutôt bonne (et parfois même très bonne) mais …. comment dire ? : pas assez ThaÏ (je me fais bien comprendre là ?)
Alors, j’avais envie de me frotter à une vraie professionnelle pour apprendre de mes 5 sens ce qui n’émanera jamais du meilleur des livres… et qui fait toute la différence.

 

Grace à Bangkok Accueil (je te raconterai un de ces jours l’association Bangkok Accueil) je me suis inscrite à un cours de cuisine dans une école un peu particulière qui affiche clairement son choix d’enseigner une cuisine familiale : exactement ce qu’il me fallait. Je n’avais pas très envie de me retrouver dans la cuisine tout inox d’une grand Hôtel.

Sompong Thaï cooking school a été fondée il y a presque 10 ans par Auntie Sompong et sa nièce Koy, et c’est précisément Koy qui allait mener la danse de ce cours de cuisine.

Au menu 3 plats : une omelette Thai en entrée, pour suivre : un curry rouge traditionnel, et en dessert le délicieux Khao Neaw ma muang qui demeure gravé dans la mémoire gustative de tous ceux qui ont mis un pied en Thaïlande un jour sous le nom, beaucoup moins exotique, de sticky rice and mango.

Je te donnerai les recette c’est promis parce que je sais que tu aimes cette cuisine fabuleuse et qu’en France (en dehors des très grandes villes) on n’a pas souvent l’opportunité d’y goûter

Mais d’abord, il faut que je te raconte.

Ca a commencé au marché voisin (celui qui se trouve en face du temple indien sur Sathorn, soi 20) pour des explications passionnantes et nécessaires sur les produits que nous allions utiliser, et bien plus.

Je ne savais pas que la crème de coco était issue de la première pression de la chair de la noix de coco et qu’il suffit de la diluer dans de l’eau pour obtenir du lait de coco.

Je savais déjà en revanche que la couleur du piment n’influe pas sur sa force. C’est la taille qui compte, et au plus il est petit, au plus il est dangereux pour nos palais d’européens.

Je ne savais pas qu’il existait autant de variétés d’aubergines, de citrons, de gingembres, de basilics… et surtout je ne savais pas, quand utiliser quoi et pour quoi en faire.

Je ne savais pas que la racine de la coriandre a plus de goût encore que les feuilles (il faut dire qu’en France on ne nous la vend même pas : la plante est coupée au bout de la tige)

En plus, je ne connaissais pas la coriandre Thaï qui ressemble un peu à des grandes feuilles de pissenlits mais a un goût très proche de la coriandre qu’on connait (celle qui ressemble au cerfeuil)

Je connaissais encore moins le pandanus qui donne ce goût délicieux (un peu comme de la vanille) aux desserts Thaïs (entre autres). Je ne savais pas qu’on pouvait utiliser la feuille fraîche … ou quelques gouttes d’essence achetées en flacon (tu vois, je pense à toi qui ne trouvera peut être pas facilement de pandanus)

Je ne savais pas que les navets n’étaient pas des navets mais des radis géants
Je ne supposais pas l’intérêt gustatif et diététique du sucre de palme

Bref, je ne savais pas grand chose et il y a encore tant de choses que je ne sais pas, que j’ai bien envie de refaire une visite du marché avec l’école Sompong.

Avant ça bien sûr je t’aurai raconté le cours de cuisine, la maison très lumineuse et joliment décorée, les gestes si précis de Koy, les ustensiles traditionnels, les petits trucs…. Bref, la suite de cette journée dédiée à l’étude des merveilleuses saveurs de ce merveilleux pays.

 

 

 

 

6 Responses

  1. Claire

    Dis moi tu l as tenue en haleine avec ta cuisine Thaï !! Il me tarde de connaitre lâ suite ! Et le pandanus qui se mange alors là meme en polynesie je n ai pas vu qu on le mangeait ! Vivement une petite Recette 😃😃🙏

    • Mademoiselle d'Avignon

      Sur le blog aujourd’Hui une Recette testée et re-testée. Ça prend du temps qu’est ce que tu crois ! C’est à toi que je pensais le plus en l’écrivant en tout cas

  2. BLANCHER

    oh oui oui les recettes tu m’a fais saliver, rêver et voyager
    des bisous d’Avignon ou le froid commence à bien installer

    Stéphanie

    • Mademoiselle d'Avignon

      La première recette est en ligne mais je compte bien ne pas en rester là; ne prends pas froid surtout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *