Bangkok est une fête

Classé dans : Non classé | 3

On a un peu l’impression qu’on est toujours en train de préparer une fête ici.

Il y a les fêtes issues de la tradition bouddhiste, celles issues de l’histoire de la Thaïlande, il y a les jours de commémoration ou de célébrations en lien avec la famille royale, et il y a les autres fêtes, celles que les thaïs empruntent au reste du monde. Bref, ici il se passe toujours quelquechose en fait.
Bien sûr, toutes ces fêtes ne sont pas célébrées avec la même ferveur mais petit à petit les Thaïs de Bangkok (ce n’est peut être pas la même chose à la campagne) se prêtent au jeux de festivités exotiques.

Tu te souviens, on est arrivés à Bangkok le 12 aout. C’était le jour de la fête des mères. Le 12 aout c’est avant tout l’anniversaire de la reine Sirikit. Mais c’est bien ce jour là que les Thaïs célèbrent, en même temps que la mère de la Nation, toutes les mamans du pays. Comme en Europe, cette fêtes des mères est avant tout la fête des commerçants et des fleuristes mais les photos gigantesques de la reine présentes dans toutes les rues amenaient quelquechose de vraiment exotique à ce 12 aout déjà tellement spécial pour nous.

En septembre, nous n’avons rien fêté du tout. Peut être que nous sommes passés à côté de quelquechose…

En octobre, le 13, on commémorait la mort du roi survenue un an auparavant et quelques jours plus tard, un événement gigantesque se déroulait à Bangkok pour les funérailles en présence de 250 000 personnes.

En novembre c’était Loy Krathong. Tu te souviens de Loy krattong, je te l’avais racontée, c’était la première fête traditionnelle à laquelle on assistait ici. On était tellement émerveillés !

En Décembre j’ouvrais à nouveau des yeux comme des écoutilles : Jamais je n’avais vu d’aussi grandioses décorations de Noël et je ne m’imaginais surtout pas voir ça dans ce pays-là.

Pour la nuit de la saint sylvestre on avait décidé de ne pas sortir mais à minuit, on pouvait voir au moins sept ou huit feux d’artifice différents rien que depuis le balcon de la maison. Dans quel pays du monde est ce que l’on tire autant de feux d’artifices simultanément ?

Le deuxième samedi de janvier des infrastructures de jeux absolument géniales accueillaient les enfants partout en ville. Des spectacles étaient donnés par dizaines, les bonbons coulaient à flot. C’était Wan Dek, la fête des enfants.

Le 14 février, la ville croulait sous les coeurs rouges et à tous les coins de rue apparaissaient des boutiques de fleurs. C’était la saint Valentin.

Ce week end, c’était le nouvel an chinois bien sûr et cela prend ici, tu l’imagines des proportions énormes. La ville, s’est vêtue de rouge, des stands de pâtisseries multicolores sont apparus dans toutes les rues mais c’est le quartier chinois qui s’est distingué évidemment.

C’est là qu’il faut être (vêtu de rouge si possible) pour déguster les spécialités de la fête du printemps, faire éclater les pétards qui effraient le féroce Nian et dissuadent l’animal légendaire d’entrer en ville. C’est là qu’il faut être surtout pour profiter de la liesse populaire et des spectacles très attendus comme la danse du dragon. Ces animaux de papier mesurent 10 mètres de long au moins et sont animés par une dizaine d’hommes. Tu as peut être vu ça déjà à la télé. En vrai, c’est vraiment très impressionnant.

Si tu veux jouer le jeu jusqu’au bout tu devras échanger des voeux et préparer pour les enfants des enveloppes rouges dans lesquelles tu glisseras un peu d’argent.
A la maison, tu auras fait un grand ménage pour éliminer la poussière et avec elle toutes les mauvaises choses de l’année écoulée. Tu pourras ensuite te mettre aux fourneaux parce que le réveillon chinois est l’occasion de réunir la famille autour de plats traditionnels. Tu devras servir un poulet pour garantir la santé, des raviolis qui assurent le bonheur et un gâteau de riz qui promet la richesse.

Dernière chose : les ancêtres. On a toujours une pensée pour eux en Thaïlande. Alors, pendant la fête, on envoie dans l’au-delà des cadeaux qui leur sont destinés. Des voitures, des bijoux, des téléphones portables, des montres, des chaussures, des costumes, des lingots d’or et surtout de la monnaie et des billets de banque… en papier. Il suffit de brûler tout ça pour que les cadeaux soient réceptionnés par leurs destinataires.

Bref pendant trois jours la fête a battu son plein ici pour nous faire entrer dans l’année du chien, on reparlera du chien si tu veux. C’est très intéressant.

Et maintenant nous attendons Makha Busha le 1er mars. Ce jour là, plus de 500 ans avant Jesus Christ, 1250 disciples se sont réunis spontanément pour écouter le premier sermon du prince siddharta qui définissait alors la base du bouddhisme. A l’occasion de cette fêtes religieuse, les bouddhistes font beaucoup d’offrandes et participent le soir à une procession guidée par les bonzes; il s’agit de faire trois fois le tour du temple en tenant des bougies à la main. Ca va être magnifique j’en suis sûre. Je te raconterai bien sûr.

Nouvel an chinois

 

 

 

 

 

 

 

3 Responses

  1. Evelyne Ducourneau

    Ouah ! Merci ! C’est vraiment épatant de suivre presque au jour le jour la vie en Thaïlande ! Ici c’est gris. Il pleut depuis des mois (je vis en Dordogne). Le moral est en berne…en attendant le printemps. Nos voisins rentrent de Krabi ! Dégoûtée ! Ils sont bronzée et ont perdus 4 kg !🙄 profitez.

    • Mademoiselle d'Avignon

      Merci pour ce retour Evelyne. Je vais essayer de t’envoyer beaucoup beaucoup de soleil pour garder le moral jusqu’au printemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *