Bangkok se rêve dans la peau d’une autre.

Classé dans : Non classé | 5

Tu en as peut être entendu parler, l’information est allée jusque dans dans la presse française : On dit qu’ici à Bangkok, les petites cantines de rue sont menacées. Dans un souci de modernisation du cadre de vie, la ville souhaite en effet des trottoirs qui ressembleraient davantage à ceux des autres grandes villes du monde. Quelle drôle d’idée !

Tout le charme de cette ville qui ne ressemble à aucune autre réside  précisément dans le fait qu’elle a su se doter d’équipements  d’une très grande modernité en ne renonçant pas à la tradition, aux usages d’hier, aux valeurs sur lesquelles elle a construit son identité. Les petits métiers font partie de cette culture; celle d’un peuple fier, travailleur, débrouillard, qui sait se prendre en charge. Et le territoire de ces petits métiers c’est la rue.

Je ne sais pas si on a déjà parlé de ça mais manger dans la rue, pour les thaïs c’est quelquechose de tout à fait habituel, de quotidien même pour la plupart d’entre eux.

Ils ne cuisinent que rarement chez eux et leurs maisons sont d’ailleurs dépourvues de véritables cuisines.
La solution la plus proche, la plus simple, la moins chère et la plus savoureuse : c’est la cuisine de la rue.

Pour très peu d’argent on achète ici une multitude de plats délicieux, préparés à la minute sur des sortes de petites carrioles très intelligemment aménagées.

Il y a celui qui fait griller des brochettes ou des morceaux de poulet sur un barbecue, celui qui fait frire des beignets, celui qui propose des somtam,  ces salades très épicées, ou encore des rouleaux de printemps croquants. On trouve aussi beaucoup de soupes parfumées, des desserts très nourrissants, des fruits frais découpés… le tout servi en portion individuelle et prêt à être dévoré.

On peut emporter son repas dans un sac en plastique transparent et le déguster chez soi, au bureau, au parc….
Dans certains cas, on peut aussi s’asseoir un moment sur un tabouret en plastique très coloré et poser son bol sur un coin de table de camping, installée à même le trottoir.

Aussi incroyable que cela paraisse, ces échoppes sont dans la plupart des cas très propres et quand les aliments stockés-là exigent d’être conservés au frais, des livreurs de glace approvisionnent le stand tout au long de la journée.

Je ne compte pas les fois où nous avons mangé là, et à la sortie de l’école, les garçons craquent souvent dans la rue pour un thé thaï, un bol de nouilles ou un calamar séché.
Personne n’a jamais été malade dans cette maison.

La meilleure façon de savoir si c’est bon ? se fier au succès de la boutique. Les Thaïs adorent manger et sont tout prêts à faire la queue pour de la nourriture de qualité

Les petits marchands sont des hommes et des femmes, souvent pas très jeunes, et parfois même très âgés qui trouvent de cette manière un honnête moyen de subsistance.

Il faut faire beaucoup d’efforts pour imaginer Bangkok sans cette petite foule de gens qui vendent et achètent de la nourriture à toute heure de la journée dans un mouvement perpétuel

On ne reconnaitrait plus la ville sans ces odeurs qui vibrent, se mélangent et donnent envie de goûter à tout.

Et puis, tuer cette économie ferait sans doute beaucoup de victimes. On a du mal à croire que cela soit possible dans ce pays qui a su faire en sorte que chacun trouve sa place, son identité, sa dignité.

Bien sûr, sans ces tout petits commerces, les trottoirs seraient plus dégagés (on verrait mieux les trous donc) Mais qui est en demande de voir les trottoirs mieux dégagés ici ?
Ni les marchands qui ont besoin de travailler,
ni les habitants (surtout les plus modestes) qui se nourrissent de cette manière depuis toujours,
ni les touristes qui adorent l’authenticité de ces carrioles fumantes et odorantes,
ni les gastronomes qui depuis longtemps ont découvert dans la rue plus de saveurs que sur les tables de certains restaurants.

La meilleure illustration de cela c’est Jay Fait et son incroyable histoire. Peut être que tu as déjà entendu parler d’elle. Je te montrerai une photo de sa cuisine.

Quand le célèbrissime Michelin a édité cette année son premier guide consacré à Bangkok, il est venu récompenser, comme ailleurs, de merveilleux restaurants, mais n’a pas oublié de regarder du côté de cette cuisine de rue qui fait parler d’elle dans le monde entier.
Jay Fai, 72 ans, personnage truculent et grande prêtresse de l’omelette farcie au crabe, bénéficie depuis longtemps d’une excellent réputation à Bangkok. En lui accordant une étoile, le Guide Michelin vient faire briller son incroyable destin et consacre par là-même, la cuisine de rue en Thaïlande.

C’est un peu comme un message que l’autre bout du monde envoie à la ville de Bangkok. Un message qui lui demande de prendre soin de ce que le monde lui envie.

En tous les cas, pour le moment, la transformation de la ville s’opère très timidement et quand les petites cantines ont quitté les grands axes, on les retrouve à quelques dizaines de mètres dans les rues adjacentes. Il semble même que petit à petit, elles grignotent du terrain et reviennent sans faire de bruit sur les trottoirs les plus fréquentés. Là, précisément où la ville a d’ailleurs entrepris un autre grand chantier de modernisation: la suppression des câbles spectaculaires qui barrent le ciel de Bangkok.

On ne peut pas dire qu’ils soient vraiment très beaux ces câble entortillés, on ne comprend même pas comment ceux qui les utilisent  peuvent ne pas perdre le fil, pourtant, là où ils ont commencé à disparaître; ils me manquent déjà. Pas à toi ?

 

 

Bangkok - Jay Fai
Une étoile pour la cuisine de jay fai 

 

Bangkok - les cable
Tant qu’il reste des câbles

 

5 Responses

  1. Marielle Fabre

    Bonjour Muriel,

    Tes écrits ressemblent moins à ceux d’une touriste… !
    Je t’embrasse affectueusement

  2. Florence ND

    Un article très intéressant. J’ai eu l’impression d’être au milieu de Bangkok. J’aurais vraiment envie de voir tout ça en live ! Merci de nous régaler.

  3. Florence ND

    Encore un article super intéressant ! C’est super bien écrit, détaillé, bien illustré. Je suis fan !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *