Faire les valises

Classé dans : bangkok, Non classé | 0

J’ai sorti nos valises mais pas les plus grandes. A quelques heures du départ, je me plais à refaire un nouveau tri pour emmener le moins de choses possibles. Je n’oserai sans doute pas aller tout au bout de la démarche mais j’ai rêvé si souvent de partir sans rien, en me disant «on verra bien sur place».

Je fais, et refais (toujours à la baisse) mon petit inventaire :

Ces valises un peu particulières puisque nous ne devrions pas les refaire avant une année entière, sont un bel exercice pour définir ce qui nous est vraiment nécessaire.

Peu de vêtements pour moi, beaucoup moins que d’habitude en tous les cas; il fait si chaud là-bas que je n’emmène que ceux qui ne pèsent rien. J’ai rangé tous les autres au grenier après un tri drastique,  et en imaginant le plaisir de retrouver ce pull très doux ou cette petite robe après tout ce temps.

Un petit nécessaire de toilette avec : un bloc de savon de Marseille (un vrai !) deux bonnes  huiles végétales,(jojoba et argan ) du gel d’aloé vera et mes précieuses huiles essentielles. De l’autre coté du monde, c’est décidé, je poursuivrai ma quête du toujours plus sain, du toujours plus simple.

Presque pas de maquillage : juste un peu de noir pour les yeux et un rouge écarlate pour les soirs de fête. Pour le teint je fais confiance au soleil, et pour le rose aux joues je fais confiance au bonheur.

Pas de livre, et ça c’est une grande première, mais une petite liseuse qui ne pèse presque rien et m’offrira tous les récits possibles au moment où j’en aurai envie.

Mon iPad, pour rester en lien avec le reste du monde, mon nouveau petit mac trop mignon pour écrire notre histoire… J’y reviendrai.

Pour les enfants : leurs tee-shirts et leurs baskets préférés, (autant qu’il en profitent tant qu’ils leur vont encore), des shorts, une cire pour les cheveux (parce que je n’ai pas réussi à les convaincre qu’ils en trouveraient une toute aussi efficace là-bas), et c’est à  peu près tout. Leur console de jeux ne marcherait pas de toute façon dans cette partie du monde et le reste de ce dont ils ont besoin, tient dans leur téléphone pourvu qu’ils aient accès à internet.

Dans leurs valises nous devrons caser aussi les fournitures scolaires demandées au lycée français; d’après nos informations il est très compliqué de les trouver sur place.

Pour Monsieur d’Avignon : 3 jeans (trois fois le même jean), presque pas de tee shirts parce qu’il sait déjà qu’il en achétera là-bas (et il sait très bien lesquels) un petit stock de son déo fétiche (plein de sels d’aluminium🙄), son mac, son appareil photo et le tout petit bouddha assis qui l’accompagne partout depuis toujours.

Voilà ce dont nous avons besoin pour le moment.

Mais bon, puisqu’il nous reste finalement beaucoup de place dans les valises, je me dis que le Thermomix et la surjeteuse pourraient être du voyage. Depuis le temps, ils font quand même un peu partie de la famille.

Laissez un commentaire