Songkran

Classé dans : Non classé | 3

Je ne pouvais pas laisser passer Songkran sans te raconter la folie de la fête.
Songkran, c’est le nouvel an Thaï, le premier jour de l’année du calendrier lunaire. C’est aussi la période la plus chaude de la saison sèche. Tu te souviens, on a déjà fête ici la Saint Sylvestre et le nouvel an chinois avec tout le faste qui s’impose. Mais Songkran, c’est la fête la plus importante de l’année pour les thaïs

Une fêtes de famille d’abord ; celle ou chacun retourne dans sa région d’origine pour témoigner son respect à ses aînés, profiter de ses proches et leur faire des cadeaux. Le résultat de ce grand mouvement de population (le plus grand de l’année) c’est qu’à Bangkok, la ville se vide, la circulation se fluidifie, les petits commerces sont fermés (si si!), les marchands de nourriture désertent les rues, les musées n’ouvrent pas, les bateaux ne circulent pas….
Les enfants sont en grandes vacances, et les entreprises choisissent souvent cette période pour leur fermeture annuelle. Songkran, c’est 5 jours fériés consécutifs (qui dit mieux ?), alors le 12 avril, la ville qui ne s’arrête jamais semble reprendre un peu son souffle…. mais ça ne dure pas, tu vas voir ça un peu plus loin.

Songkran, c’est aussi une fête religieuse, les temples sont bondés de fidèles venus faire des offrandes et obéir aux rites ancestraux. Pour l’occasion on a emmené ici …. un tas de sable (ça représente une sorte de pagode). Les bouddhistes pensent que toute l’année chaque visiteur a emmené en sortant du temple un peu de terre sous la semelle de ses chaussures, il est temps de la rendre. Chacun apporte un petit peu de sable, le verse sur l’édifice et y plante une petite décoration ou un billet de banque accroché à un bâtonnet. Après la cérémonie, le sable récolté sera épandu dans la cour du temple.
La tradition de Songkran veut aussi que l’on se rende au temple en famille pour verser de l’eau sur les statues de Bouddha. Les Thaïs font la même chose sur les bouddhas qu’ils ont chez eux et c’est vrai aussi dans la rue, devant les magasins….. partout où l’on trouve une statue de bouddha (et il y en a beaucoup !).

Cette eau parfumée de rose et de jasmin, les thaïs la verseront aussi sur les mains de leurs aînés en signe de respect. Ce geste purificateur est sensé leur porter chance pour l’année qui commence. Dans la rue, des jeunes gens inconnus t’abordent en souriant et versent sur tes mains un peu de cette eau délicieusement rafraîchissante en te souhaitant une bonne année «Sawadee pee mai ! ». Mais ça ne s’arrête pas là

La chaleur écrasante (la veille de Songkran est sensé être le jour le plus chaud de l’année), toute cette eau à disposition, la joie des retrouvailles, la bonne humeur légendaire des Thaïs…. voilà ce qui a sans doute favorisé l’évolution de Songkran en une grande fête de l’eau, et si les traditions anciennes sont aujourd’hui encore respectées à la lettre, les plus récentes, crois moi, ne sont pas en manque d’adeptes.

Pendant Songkran, Bangkok n’est rien d’autre qu’une gigantesque, qu’une spectaculaire, qu’une incroyable bataille d’eau. Impossible de sortir sur les grands axes sans en recevoir des litres et des litres. Les bandes s’organisent autour de réserves constituées dans de grosses bassines et s’arment de pistolets géants, de tuyaux d’arrosage ou de simples casseroles, n’épargnant aucun passant (à part peut être les plus âgés).

Dans cette guerre de l’eau l’enthousiasme frôle souvent l’hystérie et je ne me suis pas résolue à laisser les garçons et leurs cousines profiter seuls de Songkran comme je n’hésite pas à les laisser profiter de Bangkok toute l’année. Dans cette foule surexcitée (et quand même un peu alcoolisée) j’ai eu peur qu’ils se blessent, qu’ils perdent les filles, qu’ils soient confrontés à des difficultés que jamais je ne redoute pour eux dans une ville aussi sûre. Pendant Songkran Bangkok n’est plus tout à fait Bangkok. Je ne les ai pas laissés profiter complètement de la fête et si je suis tout à fait honnête, je le regrette un peu. Ne leur dis rien de tout ça surtout, mais je me demande si nous avons eu raison. Est ce qu’ils auront un jour une autre occasion de le vivre ? Peut être, mais certainement pas avec la folie insouciante de leurs 14ans.

De toute façon, ils n’étaient pas allés acheter leur uniforme de Songkran.

L’uniforme de rigueur (tu sais que les Thaïs adorent les uniformes) c’est la chemise à fleurs. Depuis trois mois (oui oui, le Thaï est prévoyant) on en voit partout, dans toutes les boutiques et sur tous les marchés. Je t’avoue que je n’avais pas compris tout de suite quel tsunami avait emmené en ville une telle quantité de ces chemises à l’élégance quand même tout à fait discutable. Et puis j’ai compris … les filles du salon de massage, les chauffeurs de taxi, les serveurs des restaurants, les fonctionnaires du service de l’immigration, la prof de math des enfants, même l’ambassadeur de France….. tout le monde portait une chemise à fleurs à Bangkok pendant Songkran.

Et puis, comme vendre et acheter sont ici des activités très prisées de tous, se sont montées un peu partout des boutiques éphémères dédiées à la fête où on pouvait acheter des armes à eau de toutes tailles et de toutes couleurs, des lunettes en plastique, des casquettes en plastique, des bananes en plastique, des sacs à dos en plastique, des étuis de protection pour téléphones portables en plastique. La fête de l’eau est aussi un peu la fête du plastique.

Mais si tu veux sortir de chez toi tu n’as pas le choix.

Tout ça m’amène à te dire que faire des photos pendant Songkran, c’est carrément compliqué parce que c’est quand même très risqué pour l’appareil photo. J’en ai volé quelques unes furtivement et Math à capturé, comme il sait si bien le faire, quelques jolis moments, mais si tu veux vraiment voir à quoi ça ressemble, il va falloir venir recevoir des sceaux d’eau

Juste de l’eau sur les mains

La foule

3 Responses

  1. Nicole Nordon

    Une nuit de folie, sans doute inoubliable. Merci pour le partage.

  2. Génial!!!

Laissez un commentaire